FALL IN LOVE

Bien souvent en octobre quand je quitte Ibiza, son soleil et ses plages (mes adresses préférées de l’île ici) Paris et son temps tout pourrit tout gris me mettent une grosse gifle.
Heureusement l’automne et sa magnifique palette de couleurs fauves m’inspirent dans le choix de mes tenues, ma manucure, mon parfum, mais également pour la couleur de mes cheveux.
En cette période de l’année la brunette que je suis se prend à rêver d’une crinière aussi flamboyante qu’un érable canadien. Et pour combler nos envies capillaires les marques ont un très large choix de références à nous proposer. Peut être même trop. Avec des dizaines de nuances allant du cuivré à l’acajou et des durées de tenue de quelques shampoings à permanent le choix devient vite cornélien.
En ce qui concerne le choix de la couleur je ne peux évidemment pas choisir à votre place. Cela dépend uniquement de vos envies (naturelle ou flashy) et de votre niveau d’audace.
Par contre pour le choix de la durée je vous fais un petit tour des avantages et éventuels désagréments de chacune.

Pour une couleur en interim

C’est pour ce produit que j’ai opté cette année car mon envie de changement est très temporaire. Quoi que…
J’ai fait ma coloration burgundy hier soir et j’en suis complètement amoureuse. J’adore le résultat, c’est exactement ce que je souhaitais.
Reste à voir après quelques shampoings ce que ça donnera quand la couleur s’affadira, mais je ne m’inquiète pas trop puisque j’ai également acheté le Fader pour accélérer le retour à ma couleur initiale quand je ne serai plus satisfaite.
Personnellement je suis 100 % conquise par le Washout et sa facilité d’application (comme un masque sur cheveux secs) ainsi que par l’intensité et la brillance de la couleur.

Pour une couleur en CDD

Plus durable que le Washout mais pas définitif, c’est un très bon compromis et surtout sans ammoniac.
Si je n’ai rien à redire sur le résultat de la couleur (très brillante et naturelle) j’ai en revanche été très dérangée par les reflets cuivré/orangé qui ont persisté très longtemps (bien après les 6 à 8 semaines mentionnées sur la boite) et dont je ne parvenais pas à me débarrasser.
Même en recolorant mes cheveux avec une nuance foncée, après deux ou trois shampoings les reflets réapparaissaient.
Du coup je n’ai pas souhaité renouveler l’expérience cette année.

Pour une couleur en CDI

Pour être totalement transparente avec vous je n’ai jamais tenté ce genre de coloration.
Mais si l’envie me prenait de garder ma toute nouvelle couleur d’automne de manière durable, je choisirais très certainement Olia de Garnier.
Pourquoi? Simplement parce que les publicités et promesses marketing marchent super bien sur moi. Du coup les « sans ammoniac » et « 60% d’huile » sont des arguments qui font mouche.
Sinon, l’autre option c’est de faire encore et toujours confiance à ma coiffeuse.

Laisser un commentaire